Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’invisibilité sociale

par Guy Muller 28 Mars 2016, 16:27 Les sites de REFERENCE

 

Deux dernières livraisons de publications apportent de nouvelles réflexions sur la distance croissante entre la population et les réponses apportées par les décideurs aux difficultés rencontrées par nos concitoyens. Comme d’habitude vous pourrez importer la totalité de ces études en suivant les liens mis en fin d’articles. La deuxième étude traite de l'invisibilité de certaines prestations sociales, qui fera objet d'un prochain article.

 

 

Description de l’invisibilité sociale

 

Cette situation est mise en lumière par la dernière lettre de l’observatoire national de la pauvreté. En dépit d’un arsenal important d’outils statistiques, notre pays oublierait une partie de sa population.

Une impression d’abandon exaspère aujourd’hui de nombreux Français. Ils se trouvent oubliés, incompris, pas écoutés. Le pays, en un mot, ne se sent pas représenté. Cette notion aux contours encore instables, parfois instrumentalisée à des fins électorales ou politiques, se nourrit cependant peu à peu de travaux qui cherchent à produire une meilleure compréhension du monde social et de sa complexité, en identifiant le profil des populations qui, parce qu’elles sont « hors normes », sont confrontées à des difficultés méconnues ou mal appréhendées. Résoudre des difficultés dont on ignore précisément les cibles, les causes ou les conséquences, voire leur nature même, s’avère en effet délicat. Aux questions suivantes posées, les réponses apportées par l’enquête, semblent mettre en cause l’organisation même de notre démocratie.

 

Avez-vous le sentiment d’être confronté à des difficultés importantes que les pouvoirs publics ou les médias ne voient pas vraiment ?

51% des personnes répondent oui

 

Pensez-vous qu’il existe actuellement en France des personnes qui traversent des difficultés importantes que les pouvoirs publics ou les médias ne voient pas vraiment ? 71%  des personnes répondent oui

L’invisibilité sociale

Les causes de l’invisibilité sociale

 

Le repli sur soi et le manque d’empathie sont dénoncés par la moitié de l’échantillon. « Chacun ne pensant qu’à ses problèmes », sont la première des causes identifiées pour expliquer la cécité des médias ou des pouvoirs publics vis-à-vis des difficultés rencontrées par certains dans la société française. Le manque de lien social et de “collectif”, l’affaiblissement des modes de représentation et la place des corps intermédiaires, quelle qu’en soit la forme (associations, politique, religieux, entreprise), contribuent certainement à la non-émergence d’une parole commune nécessaire « dans un monde social qui ne semble poser question qu’à partir du moment où il est rendu visible sur un mode spectaculaire ».

 

Les Français identifient ensuite la cécité des pouvoirs publics (38 %), « les pouvoirs publics ne voient pas ces problèmes », comme cause de l’invisibilité sociale, exprimant également ici le sentiment de la déconnexion des élites politiques et médiatiques avec la population, très présent dans l’opinion.

 

 « La ségrégation spatiale » apparaît pour 15 % des Français comme un motif d’invisibilité sociale dans le sens où certaines personnes « habitent dans un endroit dont on ne parle pas ». Les habitants des villes moyennes de 20 000 à 100 000 habitants et les personnes s’identifiant à la classe des défavorisés expriment davantage l’influence de la spatialisation sur la visibilité médiatique ou politique.

 

Enfin, pour 20 % de la population, l’invisibilité sociale incite à ne pas aller voter.

L’invisibilité sociale

Un décalage entre le discours et les attentes

 

L’invisibilité de cette population apporte une réponse peu favorable aux institutions qui sont dépourvues de radars (ou qui se comportent comme les ignorants). Les invisibles décrochent du système d’information en accordant plus de crédit aux réseaux sociaux qu’à la presse ou la radio-télévision.

 

Les propositions des politiques sont en décalage avec les difficultés rencontrées par la population :

  • Difficultés financières pour 22%
  • Difficultés vis-à-vis des droits et des besoins (emploi, logement) pour 19%,
  • Défaut de cohésion sociale pour 12%,
  • Mauvais ciblage des aides sociales pour 7%.
  •  

En ne connaissant pas les véritables besoins des personnes, les discours politiques proposés actuellement sont complètement en dehors de la cible. Ils importent des problématiques dont les invisibles n’ont que faire.

L’autorité et ses pouvoirs sont donc menacés en permanence par une culture et des connaissances appliquées hors-sol. Comment gouverner durablement sans tenir compte des attentes des individus ? C’est bien le problème des chutes de popularités rapides connues par tous les dirigeants. Le divorce entre élites et peuple se constate très rapidement. Comment d’ailleurs trouver un terrain d’entente entre des perspectives d’avenir si différentes ? La belle programmation politique succombe rapidement car ses résultats sont lointains, tandis que la solution des  problèmes du quotidien n’attend pas. La vente de l’espoir butte sur les réalités rencontrées…

commentaires

Haut de page