Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prestations sociales : certaines sont invisibles

par Guy Muller 10 Avril 2016, 19:09 Les articles de Référence

 

La nouvelle étude de la DREES complète notre dernier article sur l’invisibilité sociale. Alors qu’une majorité de la population connait une partie des prestations sociales, une personne sur deux ignore complètement l’existence de certaines prestations. Souvent c’est l’entourage familial qui les connait mieux que les personnes éligibles.

 

« Selon le Baromètre d’opinion de la DREES, au moins 90 % de la population a déjà entendu parler des allocations familiales, des aides au logement, du revenu social d’activité (RSA) ou de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Plus de la moitié des Français déclarent même savoir précisément à qui ces prestations s’adressent. »

« À l’inverse, plus d’une personne sur deux ignore ce qu’est l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) ou l’aide médicale d’État (AME). La connaissance des prestations varie selon les groupes sociaux : elle est moins élevée chez les hommes, les ouvriers, les jeunes et les plus de 70 ans. Le public cible d’une prestation s’estime mieux informé que l’ensemble de la population. Toutefois, une part significative de ses bénéficiaires indique ne pas en connaître précisément les critères d’attribution. Parmi les 20 % les plus modestes, six personnes sur dix déclarent savoir qui peut bénéficier du RSA ou de la CMU-C, mais c’est le cas d’une personne sur trois seulement pour la prime pour l’emploi (PPE) et d’une personne sur dix pour l’ACS. »

Pour quelles raisons les souris élisent-elles des chats?

L’effet miroir aux alouettes

 

Une personne sur deux ignore l’existence de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), et plus de deux sur trois déclarent n’avoir jamais entendu parler de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) ou de l’aide médicale d’État (AME).

 

Mieux, l’enquête introduit une prestation sociale inexistante qui a pourtant fait l’objet de commentaires. Il s’agit de « l’allocation aux victimes de l’isolement social », connue par 13% des personnes interrogées, terrorisées sans doute par la dénonciation de l’assistanat !

 

Si le nombre de prestations offertes est important, les règles de demande et de perception, ajoutent à la complexité. En matière de RSA le montant maximum de 523 euros est rarement encaissé. En effet il faut déduire de ce montant tous les revenus perçus : allocations familiales, allocation logement, autres revenus. Il en résulte une somme moyenne de l’ordre de 178/180 euros par mois. Ceux qui s’interrogent sur l’assistanat des pauvres sont des journalistes et des politiques bien plus assistés que ceux qu’ils dénoncent. Avec une fiscalité et des indemnités encaissées bien supérieures à ce qu’ils réprouvent pour les autres.

Certains élus désirent accompagner cette prestation d’une activité obligatoire sans en connaître le montant réel !!

Prestations sociales : certaines sont invisibles

Les deux tiers des 60-69 ans (trois quarts des 70 ans ou plus) ne savent pas qui peut bénéficier de l’APA, comme une grande majorité des aidants (68 %). Le déficit d’information constitue donc probablement une cause majeure de non- recours, mais ce n’est pas le seul facteur en jeu. Les règles de récupération des sommes versées sur la succession conduisent nombre de personnes âgées à ne pas y recourir.

Vous pouvez importer le contenu de cette très intéressante enquête d’opinion portant sur plus de 3000 personnes.

Cette fête traditionnelle est typique des danses de pêcheurs locaux

commentaires

Haut de page