Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers

par Guy Muller 21 Mai 2016, 19:55 Les articles de Référence

 

Il y a toujours eu une grande réticence du patronat à tenir compte de la pénibilité du travail. Et pourtant, l’altération de la durée de vie des ouvriers, contribue à améliorer le service des retraites des autres catégories. Ce constat est International comme le montrent les deux extraits d’études publiées ci-après.

 

En France

 

Depuis la fin des années 1970, les hommes de 35 ans ont gagné 7 années d’espérance de vie et les femmes 5,5 années. Toutes les catégories sociales ont profité de ce progrès et les écarts entre les cadres et les ouvriers se sont maintenus. Les hommes cadres vivent en moyenne 6 ans de plus que les ouvriers dans les conditions de mortalité de 2009-2013. Chez les femmes, les inégalités sociales sont moins marquées, seuls 3 ans séparent l’espérance de vie des cadres et des ouvrières.

 

Pour la première fois, l’Insee publie l'espérance de vie de la population selon le niveau de diplôme. Ainsi, entre les diplômés du supérieur et les non-diplômés, l'écart d'espérance de vie à 35 ans est de 7,5 ans pour les hommes et de 4 ans pour les femmes. Pour les hommes, il existe une gradation : plus le diplôme est élevé, plus l’espérance de vie l’est. Pour les femmes, l’écart d’espérance de vie est net entre celles qui ont un diplôme et celles qui n’en ont pas.

 

Les natures mêmes des professions exercées expliquent en partie ces écarts. En effet, les cadres sont moins soumis aux risques professionnels (accidents, maladies, expositions à des produits toxiques…) que les ouvriers. Par ailleurs, ils appartiennent à un groupe social dont les modes de vie sont favorables à une bonne santé : les comportements de santé à risque, les moindres recours et accès aux soins, ou encore l’obésité sont moins fréquents chez les cadres que chez les ouvriers. L’état de santé peut lui-même influer sur l’appartenance à une catégorie sociale : une santé défaillante peut empêcher la poursuite d’études, le maintien en emploi, ou rendre plus difficiles les promotions et l’accès aux emplois les plus qualifiés en cours de carrière.

 

L'espérance de vie des hommes diplômés du supérieur dépasse de 7,5 ans celle des non-diplômés.

 

Les personnes intéressées par cette étude trouveront de nombreux tableaux comparatifs en l’important en suivant le lien :

Richesse et espérance de vie aux Etats-Unis

 

L’espérance de vie est liée aux revenus aux Etats-Unis, où les plus riches peuvent espérer vivre 14,6 ans de plus que les pauvres, selon une étude récente, qui révèle aussi que pour ces derniers, l’endroit où ils résident et le mode de vie comptent. Ces travaux, dont les conclusions sans surprise confortent de précédentes études, sont en ligne dans le Journal of the American Medical Association. L’analyse des ressources à partir des déclarations de revenu et des statistiques de mortalité de la Sécurité sociale entre 2001 et 2014 indique par exemple qu’un homme âgé de 40 ans qui fait partie des 1 % les plus pauvres a une espérance de vie de 72,7 ans.

Par comparaison, ceux faisant partie au même âge des 1 % les plus nantis peuvent espérer atteindre 87,3 ans, soit 14,6 ans de plus. L’espérance de vie des femmes est plus longue, qu’elles fassent partie des plus pauvres ou des plus riches : à 40 ans elles peuvent espérer vivre jusqu’à 78,8 ans pour les 1 % des plus démunies, et jusqu’à 88,9 ans pour les 1% les plus riches, soit une différence de dix ans. Les chercheurs ont également constaté que l’inégalité dans l’espérance de vie s’est accrue depuis 2001.

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers
Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers

commentaires

Haut de page