Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inégalités 1

par Guy Muller 10 Novembre 2016, 18:34 Notes de lecture

 

Première Partie

Plusieurs publications récentes mettent l’accent sur la perception des inégalités en France. Toutefois il serait utile de montrer que certains aspects des démonstrations publiées sont biaisés. La statistique montre ainsi des écarts de richesse ou de revenu dans lesquels les individus sont pesés et répartis en déciles, comme si leur poids était identique. Or la représentation statistique d’une situation ne rend pas compte d’un écart jamais mis en valeur. Je veux dire qu’entre la personne pauvre et celle qui est considérée comme riche la différence de condition est infiniment plus parlante avec un graphique dynamique. En matière de revenu par exemple une petite différence de 100, 200, 300 euros par mois donne une liberté de choix plus grande, un stress moins élevé, un niveau de vie différent, voire même très supérieur aux données statistiques publiées. Pour les personnes ayant de faibles revenus, les dépenses incompressibles représentent l’essentiel du budget, alors que toute progression de revenu étend leur champ d’accession possible à d’autres consommations. Le ressenti en niveau de vie est tellement évident qu’une grande supercherie est mise en œuvre pour  augmenter fictivement  le nombre de personnes appartenant à la classe moyenne.

Inégalités 1

Les inégalités selon le Patrimoine

 

Ce jour le 8 novembre, nous apprenons que les inégalités seraient en diminution selon l’indice de Gini, cet indice est ainsi passé de 0,662 au début de 2010 à 0,653 au début de 2015. La situation relative des ménages les plus modestes, sur cette période, s’est néanmoins détériorée !!
 

Inégalités 1
Inégalités 1

Au total, les 10 % des ménages les mieux dotés détenaient au début de 2015 : 47 % de la masse de patrimoine brut de l’ensemble des ménages, avec un patrimoine minimal de 595 700 euros et de 1,95 million d’euros pour les 1 % les plus aisés. A l’opposé, les 10 % de ménages les plus modestes ne détenaient que 0,07 % du patrimoine. Le patrimoine, pour cette catégorie de population, était de 4 300 euros en moyenne.

 

Les inégalités selon les Revenus 

 

20 octobre 2016 - La moitié de la population vit avec moins de 1 700 euros par mois pour une personne seule après impôts et prestations sociales, 90 % perçoivent moins de 3 100 euros. Le niveau de vie des couches moyennes se situe aux alentours de 1 700 euros. Il demeure un constat général : ces données sont très éloignées des chiffres les plus médiatisés qui situent parfois les « classes moyennes » à 4 000 ou 5 000 euros mensuels, des niveaux qui n’ont rien du tout de « moyen ». Il est vrai que la confusion règne souvent sur les concepts utilisés : on précise rarement s’il s’agit de revenu par personne ou par famille et quelles sont les ressources prises en compte.

Inégalités 1

La découpe en déciles

 

10 % de la population vit avec au maximum 900 euros mensuels ou moins - pour une personne seule - et 30 % avec moins de 1 330 euros selon les données 2014 de l’Insee. Le niveau  de vie des couches moyennes se situe aux alentours de 1 700 euros par mois. A partir de 2 000 euros, on entre dans le tiers le plus favorisé et à partir de 3 100 euros, on se distingue vraiment du lot en accédant au dixième le plus aisé.

Ces données doivent être utilisées avec précaution. D’une part, il ne s’agit pas du salaire mais du niveau de vie, qui – outre les salaires –, comprend les revenus du patrimoine (immobilier, placements financiers ou autres) et les prestations sociales, desquels on déduit les impôts versés. D’autre part, il s’agit des revenus pour l’équivalent  d’une personne seule, non de ceux des couples ou des familles. De plus, ces données ne prennent pas en compte le coût du logement. Un célibataire qui touche 1 700 euros ne vit pas de la même façon selon qu’il doit débourser pour son loyer 700 euros par mois à Paris ou 300 euros à Limoges.

Inégalités 1

commentaires

Haut de page