Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La rentrée des Retraités

par Guy Muller 28 Août 2017, 10:59 Les sites de REFERENCE

 

On dépense trop… donc on dépense assez

 

Les vieux, la « dépendance », coûtent cher. Ce discours-là n’a pas besoin d’être développé ni d’être intelligent : il suffit qu’il occupe l’espace médiatique. Les vieux coûtent cher, les vieux coûtent cher ! Dans ce territoire occupé, où tout le monde est alarmé, où on regarde comme des prophètes ceux qui travaillent sur les moyens de réduire les dépenses, vous imaginez comment sont perçus les drôles qui affirment qu’il faut non pas réduire les dépenses, mais les répartir différemment et même les augmenter. Les augmenter ! Oui. Tous les discours sur le « coût de la dépendance » masquent la réalité : les moyens actuels sont nettement insuffisants pour prendre soin, soigner et accompagner correctement les vieilles personnes handicapées, malades ou fragiles.

Toutes les études montrent que le poids des Retraites diminue progressivement dans le PIB, tandis que le nombre de retraités augmente. Les projections réalisées en tenant compte des réformes successives des retraites montrent que le quart de la population devra se contenter de 12 à 13% du PIB !!

Diogène cherche la Vérité

Diogène cherche la Vérité

Une assemblée rajeunie

 

Notre Premier Ministre trouve une situation financière très mauvaise dès sa nomination. Des économies sont indispensables à trouver pour diminuer le train de vie de l’Etat. Les objectifs ciblés en premier sont les Retraités et les Fonctionnaires. Le renouvellement des responsables politiques et de l’Assemblée Nationale produit un séisme à la fois élitaire et une rupture au plan de l’âge, annonciateur de futurs divorces avec la population. C’est une révolution à l’envers préconisée par un esprit du temps à la limite de l’autisme.

Cette révolution porte de fait une dimension sociologique dont les nouveaux venus sont tous acquis à consentir des transferts sociaux défavorables aux Retraités. L’augmentation de la CSG et son transfert en faveur des actifs vient couronner des années de désinformation. Avec 1,7% de plus pris aux Retraités, les actifs verront leurs prélèvements sur salaires diminuer de 3,5%, ce qui leur confère une augmentation du pouvoir d’achat. C’est un transfert conforme à la doxa actuelle, alors que les retraites ne cessent de diminuer à la suite de six réformes successives, il faudrait donc encore les diminuer !!

 

Rappel pour 14 millions de retraités :

- 2010  La suppression de la "demi-part des veuves ou veufs" 

- Pas de revalorisation des retraites supérieures a 1200 euros depuis avril 2013 (1.3%) ....

- 2013 Création de  la Contribution additionnelle de solidarité de 0,3% payée uniquement par les retraités (au seuil 2 ) .....

 

Une riposte s’impose

 

Nous avons noté une grande dispersion des opinions des organisations syndicales vis-à-vis du nouveau pouvoir. Une recomposition des alliances est en cours car les Retraités ne sont qu’un des éléments du problème, face aux enjeux liés aux modifications du code du travail. Il en résulte un nouvel affaiblissement de la défense des Retraités. D’ailleurs, déjà, lors de l’extension des complémentaires de santé, les Retraités on vu leurs cotisations tellement augmenter qu’il a fallu modérer ces augmentations par la loi en les étalant sur trois années. Les Retraités paient désormais trois fois plus cher leur complémentaire, tandis que les actifs voient leur participation diminuer par une prise en charge partielle de leur employeur. Lorsqu’il s’agit de négocier divers éléments concernant les actifs, les organisations syndicales sont encore en situation de défendre, deux catégories mises astucieusement en opposition par le Gouvernement.

Peut-on défendre simultanément un transfert défavorable aux retraités mais favorable aux actifs ? Poser la question c’est y répondre… sachant que les actifs seront un jour des retraités ! Une clarification est nécessaire et urgente.

Pour le moment, la signature d’une pétition reste, notre seul moyen de défense,

Une désinformation subtile a préparé le terrain

 

Le mardi 31 mai 2016, France 2 a diffusé pour la première fois L'Angle Éco en début de soirée. Dès 20h55, François Lenglet, que l'on retrouve tous les jours dans RTL Matin, s'intéresse à la guerre des âges. Le film de France 2 présente un bateau de croisière où des retraités mènent une vie de farniente. Le faste de cet hôtel flottant y est montré à bord du navire Preciosa basé en Méditerranée. Comme dans une publicité, la dizaine de ponts est survolée, avec une visite des salons, chambres avec balcon, bars, restaurants et théâtre. Les enregistrements de retraités au bord de la piscine permettent d’apprécier l’intensité du pouvoir de désinformation d’une chaine d’information publique. En effet la vie idyllique offerte aux spectateurs ne concerne qu’une faible proportion de la population des retraités. Rien n’est jamais dit du montant moyen mensuel des retraites en France qui sont quatre à six fois plus faibles que le prix payé pour une croisière d’une seule semaine.

Rien n’est dit de la masse des autres retraités condamnés à l’exclusion sociale et économique. Rien sur le taux de suicide des personnes âgées, l’isolement, la perte de repères et le repli causés par de faibles ressources. L’évitement des remèdes et le délabrement de leur santé : dents, audition, yeux, froid du logement, nourriture insuffisante. Une enquête auprès des organisations caritatives et des banques alimentaires aurait donné une autre vision des personnes âgées.

Enfin la confrontation entre l’âge d’or des vieux (en croisière) et celle des jeunes intérimaires, apprentis, acteurs de petits boulots, obligés de vivre chez leurs parents, tend une corde extrême à des fins de persuasion des auditeurs-spectateurs de l’émission.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page