Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Retraités toujours visés

par Guy Muller 25 Septembre 2017, 15:14 Editoriaux

 

Il n’y a décidément rien à attendre des gouvernements successifs qui pénalisent toujours les Retraités. Les tours de vis (vice ?) se succèdent chaque année, sans qu’une argumentation solide, ne puisse les arrêter. Les vieux coûtent trop cher et leur budget peut donc servir à boucler les comptes de l’Etat.

L’état économisera 380 millions d’euros sur le dos des retraités  grâce à 3 mois supplémentaires de décalage des revalorisations des pensions en 2018 selon le journal les Echos. Pour la première fois depuis avril 2013, les pensions de retraite devaient être revalorisées de manière sensible cette année, de plus 0,8% le 1er octobre. Ce n’est pas toutefois à cause de la générosité du gouvernement ! C’est en raison de la reprise de l'inflation. Mais la date du 1er octobre est une belle escroquerie qui date de Messieurs Sarkozy, Hollande et à présent Monsieur Macron.

A l’origine la date de revalorisation était le 1er janvier mais en 2009 Monsieur Sarkozy l’a décalée au 1er avril, Monsieur Hollande l’a repoussée au 1er octobre. Monsieur Macron a comme projet de repousser la prochaine revalorisation au 1er janvier 2019 avec un an de décalage !...Une année d’économies sur les retraites !...

 

Les conséquences des reports successifs

A chaque fois, les retraités y laissent des plumes. Car ils perçoivent alors pendant plusieurs mois une pension inférieure à ce qu’elle aurait dû être, si la revalorisation avait eu lieu plus tôt. Prenons l’exemple de l’an prochain, en partant de l’hypothèse d’une revalorisation de 1%, qui aurait eu lieu le 1er octobre. Une personne percevant 1.000 euros de pension mensuelle aurait alors touché 1.010 euros en octobre, novembre et décembre 2018. Mais si le report est décalé à janvier 2019, il devra se contenter de 1.000 euros pendant ces 3 mois, soit 30 euros de moins…

La férocité ne concerne pas que les animaux - Tableau de Rubens musée des Beaux-Arts de Rennes

La férocité ne concerne pas que les animaux - Tableau de Rubens musée des Beaux-Arts de Rennes

Du coup, à combien se chiffre la perte cumulée depuis 2009 ? Selon les calculs réalisés par le cabinet Optimaretraite, près un demi-mois de pension, si l’on compte le report probable en 2018 et en prenant l’hypothèse d’une inflation de 1% l’an prochain. Plus précisément, une personne qui touchait une pension de 1.000 euros par mois fin 2008, aura perdu 446 euros en l’espace de 10 ans. L’équivalent, tout de même, de 41% de sa pension mensuelle de 2018 (de 1.086 euros par mois)… Autrement dit, si la revalorisation des pensions était bien intervenue chaque année le 1er janvier, ce retraité aurait aujourd’hui 446 euros de plus en poche.

Ce n’est pas tout : ce décalage d’un an amoindrit aussi la pension future. Reprenons le cas de notre retraité qui gagnait 1.000 euros par mois en 2008 : en 2018, sa pension atteindra 1.086 euros, grâce aux augmentations légales. Mais sans les reports de la date de revalorisation, il aurait en fait dû toucher 1.097 euros… Soit un manque à gagner de 10,9 euros par mois, qui va s’accumuler au fil des ans, sur l’ensemble de la retraite. Cela représente, par exemple, un peu plus de 1.300 euros de perdus sur une décennie. Et c’est bien entendu sans compter la hausse de 1,7 point de la CSG prévue l’an prochain, qui touchera une majorité des retraités !

 

 

Un vaste plan d’économies

 

Ainsi, il ne s’agit pas d’appliquer des recettes semblant homéopathiques, à l’ensemble des personnes âgées. Si les aggravations successives sont habilement conduites, telle la diminution d’une demi-part, pour les veuves ou les veufs, avec un étalement sur cinq années… Elles appartiennent bien à un plan visant à réduire la part des retraites à un niveau bien inférieur au poids des retraités dans le PNB. Le clivage artificiel entre les actifs et les retraités se révèle être une machine de guerre, dont les actifs sont les victimes consentantes.

 

Vous avez l’occasion de réagir et de montrer votre désaccord le
 
Jeudi 28 septembre 2017 à 10H00
lors d’un Rassemblement et d’une Manifestation
Place Garibaldi à Nice
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page