Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’indispensable indexation des retraites

par Guy Muller 12 Mars 2019, 16:34 Les auteurs de REFERENCE

 

Quel que soit le niveau de l’inflation, il est indispensable d’indexer les retraites sur la hausse des prix. En effet plusieurs éléments contribuent à maintenir un lien entre le niveau de vie et les retraites.

C’est notamment que les cotisations sociales, dont les retraites, varient en fonction de l’inflation. A chaque augmentation salariale, les cotisations sociales calculées en pourcentage, progressent pour assurer un parallélisme entre cotisations et coût de la vie. L’indexation des cotisations a donc une contrepartie évidente au niveau de la revalorisation des retraites. En supprimant  toute revalorisation,  au prétexte que le revenu est tiré d’une retraite,  on rétrécit l’éventail des retraites. Or les cotisations sont bien calculées en fonction du salaire perçu.  Souvent, les responsables politiques, croient rétablir la justice sociale en empilant des mesures discriminatoires, au prétexte de rétablir l’équité. C’est oublier que l’impôt sur le revenu assure justement une fonction de redistribution… Tandis que la suppression de toute indexation assure uniquement une police de maintien dans les clous de la dépense publique. 

 

C’est d’ailleurs au bénéfice d’un maintien des équilibres économiques que le pouvoir prétend à la nécessité de réduire ses distributions, sans toutefois toucher au montant des encaissements effectués.

Alors que les tarifs des EHPAD dépassent de beaucoup la moyenne des retraites, il est paradoxal de vouloir diminuer la masse des retraites. Cette façon de faire aura des conséquences désastreuses à long terme : ceux qui pourraient payer plus cher ne le pourront plus. Car en 20 ans la perte de pouvoir d’achat sera de plus de 20%, comme les perspectives d’évolution du coefficient de remplacement montrent une baisse de l’ensemble des retraites sur longue période.

C’est une véritable politique de Gribouille qui est ainsi menée par nos responsables politiques.  

 

Voici la réponse d’Henri Sterdyniak,  économiste de l'OFCE, interrogé par France Info la semaine dernière.

France Info : Le retour de l'indexation des retraites sur l'inflation pour les plus modestes est-il une pierre dans le jardin de l'Elysée ?

Henri Sterdyniak : Bien sûr. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a diminué de 6% le pouvoir d'achat des retraités, lorsqu'on prend en compte la CSG et la non-indexation. Effectivement, cela mécontente beaucoup et à juste titre, les retraités. Le problème, c'est que la retraite n'est pas une prestation d'assistance, c'est un droit social acquis par les cotisations et c'est l'ensemble des retraites qui doivent être au minimum indexées sur les prix. On ne peut pas distinguer les retraites modestes et les retraites plus élevées, et accepter que les retraites plus élevées ne soient pas indexées, elles aussi, sur l'inflation. Parce que cela reviendrait à dire aux cadres "attention vos retraites sont fragiles" et les pousserait dans les bras des banques et des sociétés d'assurance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page