Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En Marche Funèbre : le compteur au 7 Mai

par Guy Muller 6 Mai 2020, 18:20 Flash

 

Ce jour nous enregistrons 12 155 victimes en EHPAD, dont 3 121 envoyées à l’hôpital sur 750 000 résidents. Le taux de décès est de 1.620%. Dans les hôpitaux 15 899 décès ont été déclarés pour 67 millions d’habitants soit 0,0237%. Le surcroit de mortalité parmi les personnes âgées est 68 fois plus important que dans le reste de la population, contre 44 fois au début de nos calculs. Mais ces chiffres sont dépassés avec le nombre de morts à domicile, ainsi que les conséquences des reports de soins. Selon les médecins de ville, il faudrait ajouter 9000 décès supplémentaires, survenus au domicile. Mais le principal risque est celui de voir des personnes âgées mourir de faim en EHPAD. Souvent les visiteurs prennent en charge d’autres personnes et leur évitent un phénomène dit de glissement. C’est le dégout de la vie qui abrège les vies des seniors. Le confinement ajoute donc à ces horreurs du quotidien.

Le gain économique réalisé du fait des décès sera donné par la formule suivante :

                    Nombre de morts Âgés x 1500 euros x par 12 = X

En Marche Funèbre : le compteur au 7 Mai

Un excellent résumé de la situation actuelle

 

Les morts invisibles du coronavirus. 

Sous ce titre le quotidien « Le Monde » compare les taux de mortalité d’une année sur l’autre fournissant des indices sur l’ampleur de la catastrophe et le nombre de décès au-delà des comptages officiels dans chaque pays.

Des éléments nouveaux apparaissent, au fur et à mesure que les taux de mortalité peuvent être comparés d’une année sur l’autre. Des réajustements sont pratiqués, comme au Royaume-Uni, où le nombre de morts, 26 097, a été réévalué à la hausse le 29 avril, lorsque, sous pression, le gouvernement britannique a rendu public les décès survenus dans les maisons de retraite et à domicile. Dans d’autres parties du globe, des enquêtes locales ont été lancées qui contredisent déjà les bilans avancés par les autorités.

Comment, dès lors, obtenir une vision réaliste de la situation ? « Sans doute en doublant, voire plus, le nombre de décès recensés dans le monde. On s’en apercevra quand on disposera partout des chiffres de la surmortalité », estime le virologue belge Steven Van Gucht. « Je pense que nous avons plus de morts que ceux qui sont officiellement comptés », a admis dès le 3 avril Lothar Wieler, président de l’institut allemand de santé publique Robert­Koch. Une sous-estimation qui s’explique par le fait que les tests post mortem ne sont pas pratiqués de façon systématique outre-Rhin. Interrogé à nouveau le 30 avril, M. Wieler l’a redit : « C’est seulement dans quelques mois que nous aurons des chiffres fiables. »

Aux Etats-Unis, la ville de New York, la plus touchée, fournit des statistiques pointues sur les morts du Covid­19, « certaines » et « probables ». Ainsi, au 22 avril, il y avait 10 290 morts « certaines », dont 90 % survenues dans un hôpital. Les morts « probables », sans tests, atteignaient pour leur part 5 121, dont 23,2 % à domicile. Pour autant, selon le New York Times, plus de 27 000 personnes y sont décédées depuis le début du mois de mars, soit 20 900 de plus que la normale et 4 200 de plus que ce qui a été enregistré par les statistiques officielles. En outre, aucune réévaluation n’a été faite concernant les morts éventuels du mois de février et de début mars.

 

En France

Le démographe Jean­Marie Robine regrette que les demandes des chercheurs pour des informations détaillées « ne pèsent rien »

A ce propos, vous soulignez que les bilans actuels ne reflètent pas la situation qui frappe les personnes âgées. En France, le 29 avril par exemple, le bilan cumulé de l’épidémie s’élevait à 15 053 décès à l’hôpital et 9 034 dans les Ephad, soit 24 087 personnes. Mais cette présentation revient à négliger le nombre important de résidents malades des Ehpad qui sont envoyés pour être soignés dans un service hospitalier et y finissent leur vie. On en dénombrait 3 121 toujours au 29 avril. Ce qui signifie qu’en réalité 12 155 résidents d’Ehpad sont morts de cette épidémie, c’est­à­dire plus de la moitié de la totalité des décès ! Et ce phénomène s’observe depuis le 17 avril. Les résidents des Ehpad sont les plus touchés. En outre, ni leur âge ni leur sexe ne sont répertoriés, comme si on ne voulait pas individualiser leur décès. Je ne comprends pas pourquoi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page