Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Intersyndicale chez le Préfet des Alpes Maritimes

par muller 10 Octobre 2012, 14:36 Nos rencontres

 

L'Intersyndicale des Retraités sera reçue par Monsieur le Préfet des Alpes Maritimes le 11 octobre à 14 heures 30. Vous trouverez ci-dessous le contenu de ses revendications :

 

           RETRAITÉ-E ET CITOYEN-NE  Ă PART ENTIÈRE

 

Les organisations syndicales de retraités : CFDT. CFTC. CFE/CGC. CGT. UNSA, FGRFP, se félicitent de la tenue de la conférence sociale et souhaitent attirer l’attention du gouvernement sur la situation des retraités et personnes âgées.

 

Les retraités qui forment un groupe social important de 15 millions de personnes, ont des attentes fortes, tant vis-à-vis des mesures sociales qui seront prises par le gouvernement que sur les chantiers qui seront ouverts pour des changements en profondeur.

 

Les organisations syndicales de retraités demandent que des dispositions immédiates soient prises pour résoudre la dégradation du pouvoir d’achat des retraités.  Des mesures urgentes doivent être prises, particulièrement en direction des retraités qui touchent des basses pensions. En effet, des situations de grande précarité touchent de plus en plus de retraités âgés surtout les femmes vivant seules.  Pour rappel, nous revendiquons un minimum de pension au niveau du SMIC pour une carrière complète.

 

Concernant la perte d’autonomie, des mesures urgentes sont nécessaires pour aider à financer l’APA et donner de réels moyens aux services d’aides à domicile. Il est urgent de diminuer le reste à charge des personnes âgées et des familles. Nous rappelons la nécessité de créer un droit à prestation universelle de compensation de la perte d’autonomie quel que soit l’âge, prise en charge par la solidarité nationale, dans le cadre de la sécurité sociale.

 

L’accès aux soins est un droit fondamental qui doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Il est sérieusement mis à mal par la hausse des dépenses de santé directes (divers forfaits, dépassements d’honoraires ou franchises médicales),  par la hausse des cotisations des complémentaires santé et bien d’autres dispositions qui ont conduit de nombreux retraités à renoncer à se soigner, faute d’argent.

 

Les difficultés d’accès aux soins ne sont pas propres aux retraités, elles frappent tous les Français. Mais ces difficultés prennent une importance accrue pour les retraités et, tout particulièrement, pour les retraités âgés en raison des handicaps liés au vieillissement. Des mesures concrètes et rapides doivent être prises afin de renforcer notre système de protection sociale solidaire.

 

Les organisations syndicales de retraités demandent que ces trois sujets, sur lesquels elles ont des exigences revendicatives et des propositions très concrètes à formuler, ne soient pas oubliés. Elles demandent que le gouvernement ouvre un cadre qui permette d’exprimer concrètement ces exigences. 

 

 

NE PAS SE TROMPER DE CIBLE

LES RETRAITES NE SONT PAS LES PRIVILEGIES……

 

Il n’échappe à personne que certains discours politiques, que des affirmations de quelques journalistes économiques tendent à désigner les retraités comme étant les nantis de cette société en crise.  Selon eux le besoin de ressources budgétaires pour combler les déficits pourrait être satisfait si on s’attaquait aux prétendus privilèges de ces retraités.

 

  L’Intersyndicale rappelle qu’au niveau de la richesse accumulée et mal redistribuée, si le patrimoine net moyen des ménages est de 220 000 €, le patrimoine brut des plus riches est de 552 000€ et surtout que les 10% les plus riches détiennent près de 50% du patrimoine de l’ensemble des ménages. Les millions de retraités salariés ne font pas partie de ces 10%.

 

 Par contre un très grand nombre de  retraités participent fortement et à hauteur de leurs moyens, à atténuer les effets de la crise économique et financière dont ils ne sont pas responsables, en étant obligés d’assumer la prise en charge d’enfants demandeurs d’emploi ou de parents âgés, voire les deux à la fois.

 Dans le cadre des prétendus privilèges il est souvent fait référence au taux de CSG plus faible qui leur est réclamé et le bénéfice de la déduction de 10% sur le montant imposable de leur retraite. Sur ce dernier point la FGR a dénoncé la contre vérité qui affirme que ces 1O% sont représentatifs de frais professionnels alors que c’est une contre- partie qui a été accordée lors de la suppression des 20% dont ils bénéficiaient pour tenir compte de la sincérité des revenus déclarés.

Quant à la CSG, il faut rappeler qu’historiquement la retraite était synonyme d’arrêt du paiement de cotisations sociales. L’instauration de la CSG  a donc été une charge supplémentaire pour les retraités. De plus, pour justifier l’application d’un taux d’imposition moindre que celui des actifs, il a été tenu compte, notamment, du fait que les cotisations complémentaires santé  des retraités sont plus élevées que celles des actifs (jusqu’à 2,5 fois pour ceux qui bénéficiaient de contrats de groupe). 

 

  L’Intersyndicale considère que si une véritable répartition des richesses est indispensable, elle se situe à un tout autre niveau que celui dénoncé par les tenants de l’économie ultra-libérale. Il appartient au Gouvernement de ne pas se tromper de cible.

 

Musée des Beaux Arts de Nice : mise en valeur des Chéret
Musée des Beaux Arts de Nice : mise en valeur des Chéret
Musée des Beaux Arts de Nice : mise en valeur des Chéret

Musée des Beaux Arts de Nice : mise en valeur des Chéret

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page