Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Intersyndicale chez le Préfet des Alpes Maritimes .. suite

par Tiberti 15 Octobre 2012, 14:51 Nos rencontres

 

Compte-rendu de l’audience en préfecture des ALPES MARITIMES

11 octobre 2012

 

 L’Intersyndicale des retraités des Alpes Maritimes composée de : Mme ELLENA-PALLANO (CGT), MM.DUMONT (CGC), MAZZI (CFDT), MARMONTELLI (FGR/FP), TIBERTI (FSU), est reçue par Monsieur Philippe LEBRUN directeur de cabinet adjoint de M. le Préfet et lui exposent les raisons de leur présence. 

 

 IMGP1473.JPG

  M. Tiberti, Mme Ellena-Pallano, MM. Mazzi, Marmontelli, Dumont

   

 Ce 11 octobre est une journée nationale d’action marquée par une manifestation unitaire à Paris et diverses actions partout en France.

Elle est motivée par la non prise en compte de difficultés qui perdurent, voire s’aggravent, avec les années. Et le silence du gouvernement et de M. le Président de la République à propos des retraités ne nous rassure pas.

 

Une inexorable baisse du pouvoir d’achat 

 

Nous dénonçons le décalage continu entre l’inflation et nos pensions qui se traduits par une dévalorisation de celles-ci de 10% sur ces 20 dernières années. De plus en plus d’entre nous se retrouvent sous le seuil de pauvreté et ce pourcentage va s’accroitre en conséquence directe des diverses réformes des retraites, des périodes de chômage, de travail à temps partiel, etc…telles sont en tout cas les prévisions de l’INSEE et du COR.

      Pourtant on nous inflige une ponction de 0,15% sur nos pensions pour combler le déficit de la Sécurité Sociale alors que le détournement de certaines  taxes (tabac, alcool, les retards de paiements de l’état, du patronat …etc…) représentent le double dudit déficit.

       Nous dénonçons aussi les difficultés croissantes pour l’accès aux soins : mutuelles de plus en plus chères (et que certains ne peuvent plus se payer), médicaments de moins en moins remboursés, explosions des franchises de toutes sortes, et des tarifs de nombreux médecins. Cela alors que l’âge nous rend plus vulnérables. Du coup on se soigne plus tard quand la maladie devient alors beaucoup plus coûteuse à traiter ce qui est une aberration économique.

      Les dépenses contraintes (logement, nourriture, soins) ne cessent d’augmenter. Beaucoup de retraités serrent alors leur budget : loisirs, qualité de la nourriture (5 fruits/légumes jour !) et des soins ce qui nuit à la consommation et donc à l’activité économique du pays.

 

Nous sommes pourtant présentés comme des privilégiés 

 - Nous détenons le patrimoine (la plupart du temps un logement dont il a fallu payer les traites durant 15 ou 20 ans).

 -  Nous bénéficions de d’abattements fiscaux indus, les fameux 10% (il est particulièrement scandaleux que les « sages » de la Cour des Comptes fassent mine de croire à cette fable). Donc il est logique de nous mettre au pas (par le biais de la CSG sans doute).

 - Mais pas question d’évoquer notre implication dans la vie associative et le bénévolat sous toutes ses formes. Pas question d’évoquer non plus l’aide aux vieux parents ou aux enfants (parfois aux deux en même temps).

     On veut nous présenter comme des nantis face aux jeunes qui galèrent alors que la pension moyenne est de 1200 €, loin du SMIC que nous revendiquons.

   -   Nous dénonçons cette volonté d’opposer les générations, les problèmes de logement, d’accès aux soins à une nourriture de qualité concernent les vieux comme les jeunes. Comme d’ailleurs le règlement de l’APA par la solidarité nationale à travers la Sécurité Sociale et qui semble remis aux calendes grecques.

 

      La situation des retraités et personnes âgées a connu des améliorations spectaculaires de la Libération aux années 90. Depuis elle tend à régresser et l’avenir immédiat n’est pas encourageant.

     Les français, dont les retraités, ont voté pour le changement en sachant pertinemment qu’il faut du temps pour qu’il s’affirme mais ils ont besoin de signes forts.

 

Pour l’Intersyndicale : Alain Tiberti

 IMGP1471.JPG

 Sur la place Garibaldi

 

commentaires

Haut de page