Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vieux de nouveaux privilégiés ?

par muller 19 Mars 2010, 17:41 Les articles de Référence

 

Billet de présentation

Nos références, ce sont aussi les articles qui ont connu un succès de lectorat, en dépassant les 10 000 connexions. Le Monde, la Cour des Comptes ont affirmé clairement une position consistant à attaquer les seniors qui seraient des privilégiés. En fait il s’agit de poursuivre à notre encontre des manifestations d’une guerre des âges cherchant à limiter le poids des retraites par rapport au PNB. Au lieu de reconnaître l’insuffisance de nombre de retraites pour assurer une vie décente on cherche à expliquer que les personnes âgées coûtent trop cher. Certains pays ont d’ailleurs montré l’exemple en supprimant le versement des retraites pendant de longues périodes, conduisant à une diminution importante du nombre des retraités, par une famine organisée. En Europe 7 pays viennent de prendre des mesures visant à diminuer le montant des pensions au titre du respect des équilibres budgétaires.

 

Guy Muller

 

  La chasse aux vieux est ouverte

 

Les vieux coûtent trop cher ! C’est sur cette constatation qu’une émission de FR3 puis un rapport de la Cour des Comptes ont remis le couvert en qualifiant les personnes âgées de privilégiées. Un autre sondage vient d’y ajouter la pierre de la lapidation en décrivant l’âge d’or comme atteint entre 65 et 70 ans. Suite à ce sondage, le journal Le Monde du 1er décembre titre « le bonheur est il réservé aux sexagénaires ? » en en commentant les conclusions.

Toutes ces attaques sont trop fréquentes et trop ciblées pour n’être qu’un effet du hasard.

Mais affirmer ce n’est pas prouver ! Les retraités et les personnes âgées auraient bien tort de ne pas riposter à des attaques simultanées et qui ne peuvent qu’encourager d’autres offensives.

 

L’émission de FR3 sur les privilèges comportait donc un volet consacré aux personnes âgées. L’inévitable François de Closets était présent voguant toujours sur son premier succès de librairie « Toujours plus ». Il faut dire qu’il a donné des aliments intellectuels à l’offensive visant à donner toujours moins en une période largement marquée par les effets de la mondialisation. Ce sont ces considérations qui ont aidé au démantèlement des frontières, repoussant les solidarités nationales, grâce à l’extension de l’idéologie libérale. Toutefois pour lutter à armes égales contre l’Inde et la Chine, il eut fallu que ces pays respectent leur population, en tissant quelques liens de protection sociale.

Les seniors qui étaient présentés dans le reportage étaient loin d’être représentatifs de l’ensemble des personnes âgées. Les images les montraient en vacances à l’étranger, en thalassothérapie, vigoureux et jeunes comme dans les publicités. Rien n’était dit sur les 500 000 personnes au minimum vital, ni sur les 4,5 millions de personnes soumises au minimum contributif. Pour ces deux catégories qui représentent 40% des personnes âgées rien n’était dit. 

 

Le rapport de la Cour des Comptes s’appuie, lui, sur une erreur fondamentale de projection puisqu’il établit que les seniors ont des revenus du patrimoine moins taxés, qu’ils consomment moins et acquittent donc moins de TVA, etc.. Les seniors gagneraient de ce fait presque autant que les actifs lorsque l’on inclut les revenus du patrimoine !

La Cour des Comptes nous assène une vérité stupéfiante : après 40, 45 ans d’activité les personnes âgées auraient accumulé quelques biens ! Notons que les propriétaires dans notre pays ne représentent que la moitié de la population. Mais la Cour de Comptes est composée de fonctionnaires donc de salariés, y compris dans la personne de leur Président qui trouvent parfaitement normal, de gagner plus en vieillissant. Les promotions, les avancements consacrent bien une évolution tout au long d’une carrière. Que cette évolution soit favorable aux intéressés, tout le monde trouve cela normal, comme il est naturel qu’entre une personne recrutée au premier jour et un conseiller d’Etat en fin de carrière il y ait une différence ! La conséquence des différences salariales est donc de préparer les plus âgés des salariés à accumuler plus que les jeunes. Lorsque le salarié âgé franchit en une journée la frontière entre temps de travail et temps d’inactivité, il se trouve changé au plan statistique. Il devrait en conséquence entrer en guerre contre lui-même. On voit où conduisent de telles billevesées qui n’ont qu’un but c’est de désigner une catégorie à la vindicte publique. Les périodes de crises sont riches en effet pour la création de boucs émissaires chargés de la diversion de l’opinion.

Grâce aux revenus du patrimoine le revenu des retraités serait proche de celui des actifs ! Les prélèvements sur la consommation avantagent les plus de 60 ans qui achètent des produits faiblement taxés comme les médicaments ou les livres !! Pas un seul mot pour intégrer la multitude des restes à charge dentaires et optiques, ni des dépassements d’honoraires, ni la multiplication des franchises médicales et hospitalières, ni des surcoûts liés aux cotisations mutualistes.

Il semble aussi que les vieux achètent des voitures, des vacances et paient le restaurant à leur famille. Dans tous ces cas la TVA atteint des niveaux exceptionnels.

    Face à ce conte de fées il faut réagir :

  -   les retraités n’ont pas un prélèvement pour frais professionnels de 10%, plus ils gagnent et plus ils paient,

-   ils paient plus d’impôts au plan des revenus du patrimoine.

     Les impôts sur le patrimoine sont passés de 27% en 2007 à 30,1% en 2009, soit              

     une augmentation de 11,5% en deux ans,

-  avant d’être retraités ils ont acquitté plusieurs impôts sur leur revenu de l’époque, ils ont aussi payé leur impôt du sang au titre des guerres ou au titre du service militaire.

 A combien peut-on évaluer la perte de 12 à 28 mois de service militaire, service   aujourd’hui supprimé au bénéfice des plus jeunes ?

La Cour des Comptes oublie que des enveloppes hier défiscalisées ne le sont plus désormais : PEA et PEG soumis à la CSG et au RDS. Ce constat légitime divers manquements de l’Etat à ses promesses. Et là il n’existe aucune différence entre les actifs et les retraités.

En 2008 l’instauration d’un prélèvement à la source double le montant des prélèvements de l’année. Ces impôts concernent l’ensemble des revenus issus de loyers, actions et obligations. Lorsque la baisse de l’immobilier et de la bourse seront intégrées au bilan de la Cour de Comptes elle devra sérieusement revoir ses chiffres. La tendance à créer des caisses de retraites par capitalisation aggrave ce processus. Depuis deux ans les patrimoines ont en effet entamé une chute qui doit ravir la Cour des Mécomptes.

Enfin les seniors sont des accélérateurs dans les transactions car ils paient comptant. La faiblesse de leur part en TVA ne tient pas compte des repas familiaux et de leurs dépenses en faveur de leurs petits enfants.

 

Le soi-disant bonheur des sexagénaires est le paramètre le plus triste du constat. Car si les jeunes voient leur sentiment de bien être diminuer de 20 à 50 ans, la remontée de ce sentiment (vers les 65 ans) n’augure rien de bon dans les techniques de gestion humaine des entreprises. Que la vieillesse puisse inspirer de l’envie à des personnes jeunes montre une grave situation de stress au sein du salariat. Le film « la grande bouffe » décrivait comment on pouvait résumer une vie en l’abrégeant rapidement en un week-end. Il est exact que dans de trop nombreuses entreprises les modifications incessantes de leurs structures occasionnent des mobilités imposées. Des couples peuvent être rapidement détruits par un éloignement provisoire. De là, à les faire vouloir accélérer la rapidité de leur avancée en âge, il y a un manque de sagesse. Que chacun puisse profiter du temps présent c’est ce qui importe le plus. Les techniques de marketing présentent le naufrage de la vieillesse comme une arrivée à un port resplendissant ! Les jeunes pensent que les vieux sont heureux alors qu’ils ont tous les maux liés à leur âge. Leurs facultés auditives, leur vue, leurs organes accusent de nombreux maux dont ils ne se plaignent pas. Mais vouloir vieillir le plus rapidement possible pour parvenir au nirvana entre 65 et 70 ans, alors là il fallait le faire ! Rien n’est dit en guise d’avertissement que dans cette tranche d’âge la moitié de la population a disparu : il suffit d’observer la pyramide des âges pour voir l’infléchissement marqué à ce niveau. Comme par hasard, ce constat survient au moment même où le Parlement vient de décider de prolonger l’activité entre 65 et 70 ans !

 

Ces sexagénaires qui exagèrent vivent au contact de leur famille dont ils gardent et éduquent les enfants. Il permettent à la machine économique de tourner libérant les adultes. Ils font tourner des associations qu’ils gèrent, ainsi que de nombreuses copropriétés. L’ensemble des actes qui donnent du lien à une société est oublié. La notion de PNB ne tient nullement compte des garderies évitées, des devoirs contrôlés, des transports lors des sorties d’école, des vacances avec les petits-enfants, des repas assumés. Lorsque je lis que la TVA acquittée est faible c’est ramener les vieux à leur seul couple, alors qu’ils assument bien des tâches non comptabilisées. En Afrique noire l’entraide est naturelle entre générations, en Asie les vieux sont respectés, en Occident il sont considérés comme surnuméraires. Dans ces conditions on ne comprend pas les obstacles mis à leur disparition, eux qui doivent aller à l’étranger, pour obtenir un résultat sûr !

    

La guerre des âges ignore la notion de processus

 

La recherche de boucs émissaires permet d’entretenir une guerre entre les citoyens, qui peuvent ainsi avoir l’impression qu’un remède existe à leur portée pour réduire les inégalités. Par une invite orientée, une focalisation sur l’assiette du voisin, permet de trouver un dérivatif aux préoccupations du peuple. Cependant la ficelle est un peu grosse lorsqu’elle est aidée par la statistique. Ainsi, on découpera des tranches d’âges de 5 en 5 %, pour en déduire que les vieux n’ont aucune racine et sont une catégorie à part. Or les seniors retraités ont bien auparavant été des seniors en activité ! C’est oublier l’existence d’un long processus qui conduit les jeunes à la vieillesse et que ce sont les mêmes personnes qui endossent un habit différent de par l’écoulement du temps. Ces batailles qui font rage pour savoir quel est l’âge de la majorité légale, pénale, l’âge de départ à la retraite ou celui de reprendre le travail après la retraite, montre une absence complète de connaissance de la vie de la part de statisticiens devenus fous. La vie est un processus de construction ou de destruction. Actuellement, en s’en prenant un jour à des êtres en construction dès 12 ans, puis en prolongeant indéfiniment la durée du travail, on ruine la base même de la construction. Il faudrait au contraire des fondations plus solides qu’hier pour donner de l’élan à une personnalité en construction dont la durée de vie est plus longue. La politique du bouc émissaire a ses limites car ceux qui agissent par l’intermédiaire des lois oublient que ces lois émanent de personnes qui n’ont qu’une connaissance partielle de ce qu’est un processus. Ils peuvent détruire d’un côté ce qui est en construction de l’autre côté. Le processus d’accumulation reproché aux vieux trouve son origine dans la nécessité prônée par les pouvoirs publics d’épargner pour sa retraite : logements, plans d’épargne, assurances, etc.

 

 

L’Intersyndicale des Alpes Maritimes s’est prononcée à l’unanimité sur ce texte le 11 décembre 2008. Il anticipait la suite connue dans certains pays d'Europe... pour lesquels les pensions ne sont pas un dû obligatoire.

    

 

Les vieux de nouveaux privilégiés ?

commentaires

Haut de page