Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Menaces sur nos neurones

par muller 23 Février 2012, 18:46 Notes de lecture

 

Menaces sur nos neurones

De Marie Grosman et Roger Lenglet

 Ce livre récent met l’accent sur des mécanismes d’accumulation de toxines qui concernent les personnes âgées, mais pas seulement… Il décrit comment se développent les maladies neurodégénératives dès le plus jeune âge. En conséquence ces maladies se manifestent de plus en plus tôt. Dès l’embryon, une concentration progressive de produits chimiques provoque des perturbations, qui se transmettent de la mère à l’enfant. Le mercure, le plomb, l’arsenic, les pesticides, PCB, bisphénol sont présents partout. Si le fœtus est protégé par le placenta contre les virus, il n’en va pas de même en ce qui concerne les produits chimiques. C’est ainsi que le plomb accumulé dans les os de la mère se trouve transféré lors de la grossesse et en cours d’allaitement.

Tout au long de la vie, nos neurones sont exposés à des agressions capables de diminuer irréversiblement les fonctions de notre cerveau. Ces substances parfaitement identifiées et documentées par les scientifiques, pourraient être bannies de notre environnement si une véritable politique de prévention était menée. Au moment où ce type de maladie (rien qu’en France près d’un million de malades Alzheimer) a été déclaré “cause nationale”, l’enquête-événement de Marie Grosman et Roger Lenglet montre que malgré les connaissances scientifiques, la prévention est gravement négligée. 
Etudes et enquêtes rigoureuses à l’appui, les auteurs démontent le mécanisme d’un “effet d’aubaine” ignoble en faveur de l’industrie pharmaceutique et proposent des solutions face à cette crise sanitaire.
Alzheimer, parkinson, sclérose en plaques, autisme… Pourquoi le nombre de personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative explose-t-il, et pour quelles raisons les malades sont-ils de plus en plus jeunes ?

 

Une description précise des menaces

Au fil des pages, nous faisons la connaissance du très grand nombre de substances dangereuses, dont de nombreuses sont récentes dans notre environnement. Les biocides s’attaquent aux formes de vie indésirables : insectes, mousses, moisissures, rongeurs. On en dénombre 300 formes qui sont intégrées dans des milliers de produits. Une forme de biocide particulièrement utilisée sont les pesticides. Ces substances ont été fortement employées dans les années 1970 dans l’agriculture, sur les fruits et légumes. De faibles doses ont un effet sur le cerveau en formation. Elles entrainent des troubles de la coordination, retardent la vivacité, la dextérité. Des études montrent que sur des enfants dont les parents travaillaient dans l’horticulture, des retards de une à deux années étaient constatés au plan comportemental. Dans les Antilles, les enfants dont les parents travaillent dans des bananeraies, connaissent une diminution de leur QI. La pollution des sols mettra plusieurs siècles à se dissiper.

Les PCB sont un autre fléau, plus connus sous le nom de pyralène, sont diffusés par les incinérateurs. Le bisphénol A, le plomb dentaire, le mercure concentré dans de nombreux poissons pose le problème de l’allaitement par le lait maternel. Les phtalates utilisés dans les plastiques et les poches médicales migrent dans les organismes. Ils sont la cause de l’hyperactivité. Le fluor est aussi à l’origine d’une diminution de la résistance osseuse : fracture du poignet et du col du fémur. L’aluminium est un facteur déterminant dans la maladie d’Alzheimer. Aux substances précédentes, il faut ajouter nombre de médicaments censés améliorer les choses et dont on découvre les méfaits après leur mise sur le marché : Le méthylphénidate est prescrit aux enfants hyperactifs ou manquants d’attention. Il entraîne des désordres psychiatriques et neurologiques (suicide) surtout lorsque la prescription dure. Mais ce risque augmente avec leur association avec d’autres médicaments. D’autres antidépresseurs prescrits contre les TOC sont neurotoxiques.

 

  La réponse des pouvoirs publics

Elle est toujours en retard sur l’évènement. Il ne faut surtout pas affoler la population !! Le manque de volonté politique montre une soumission aux intérêts des lobbies. La France est souvent le dernier pays à interdire les substances nuisibles. C’est particulièrement le cas avec l’amiante. En matière de médicaments, le Médiator et d’autres substances, ont conduit à réformer complètement les mécanismes d’autorisation de mise sur le marché. Les effets néfastes du diesel et de ses particules n’a pas empêché une forte augmentation du parc de véhicules l’utilisant. En matière d’ondes radio-électriques, après une polarisation sur le danger des antennes, l’expansion des utilisations est entièrement au service des opérateurs. Le brouillard électromagnétique est une création récente, car il résulte d’une addition des technologies. La radio, la télévision, le transport de l’électricité, les appareils elctro-ménagers appartiennent à une catégorie de pollution. Une autre catégorie provient des antennes des réseaux téléphoniques et de l’emploi de nouvelles techniques. Si vous utilisez la voix, l’infra-rouge pour ouvrir une porte de garage, l’intensité du signal émis reste faible. Avec l’arrivée du GSM, des tablettes, des ordinateurs portables, la densité du signal augmente. Les réseaux sans fil permettent l’échange de données, l’affichage de pages de journaux, l’importation de fichiers sonores, de films, des livres. Ces transports dont le volume et la rapidité croissent avec les réseaux 3 ou 4G mélangent un transport énergétique qui associe un champ électrique à un champ électromagnétique. Ces ondes sont classées en fonction de leur fréquence ; basses fréquences, radiofréquences, hyperfréquences. Que donne ce cocktail à long terme, nul ne le sait… Quelle que soit l’origine de la prolifération neurotoxique, ce processus s’est déployé sur un fond de refoulement des questions de santé publique. Décideurs politiques et autorités sanitaires sont complètement dépassés par l’expansion chimique et technique. La technologie et le lobbying s’associent pour endormir les défenses d’une société anesthésiée.

 

 Ce livre montre la façon dont la lutte contre la maladie d’Alzheimer a été captée pour des campagnes d’information qui aggravent le problème. La concentration de l’utilisation de remèdes multiples, au-delà de 5 médicaments, produit nombre d’effets désastreux. Aussi sa lecture s’impose, pour qui veut ouvrir les yeux. Les seniors qui ont additionné tout au long de leur vie nombre de toxines peuvent y trouver un motif de réflexion quant aux médicaments qui ont pu leur être conseillés. La liste des interdictions et des inutilités des médications constatées est une invite à ne pas être un simple consommateur de l’industrie pharmaceutique.

 

Guy Muller

 

Menaces sur nos neuronesMenaces sur nos neurones
Menaces sur nos neurones

commentaires

Haut de page