Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Maison Russe de Menton

par muller 5 Juin 2012, 16:30 Nos rencontres

 CIMG0646.JPG

Le 18 mai 2012, une entrevue a eu lieu entre Monsieur Christophe DARRE, Directeur de la Maison Russe et Messieurs Jean-Pierre Marmontelli (FGR) et Guy Muller (DIRPA), pour l’Intersyndicale des Retraités des Alpes Maritimes.

Il s’agit pour l’Intersyndicale de renouer des liens avec les Maisons de Retraite du Département dans une démarche axée sur les problèmes présentés par la gestion de ces nombreux établissements dans les Alpes Maritimes : 232. En rencontrant des établissements divers : associatifs, publics et privés, nous recherchons quelles sont les modifications qui sont intervenues depuis quelques années au plan :

-  De la vie interne des résidents,

-  Des difficultés managériales rencontrées par les responsables et les personnels,

-  De l’état d’esprit qui règne au sein des équipes : stabilité ou instabilité des effectifs,

-  bDe l’avancement du Projet d’établissement dans recherche du zéro défaut selon les directives de l’Anesm.

CIMG0651.JPG

Monsieur Christophe Darré

 

Présentation générale de l’établissement

Monsieur Darré, a l’habitude de gérer des institutions du secteur associatif. Il a auparavant administré pendant six années un service d’aide à domicile, avant de prendre la responsabilité de maisons de retraite depuis neuf ans Il gère depuis trois années la Maison Russe de Menton et le choix de cette maison par l’Intersyndicale provient d’un article publié dans Nice-Matin. L’ancien Directeur craignait pour l’avenir de sa maison faute de personnel suffisant en nombre. « Le premier maltraitant est l’Etat qui ne nous donne pas assez de moyens ». Mais selon d’autres échos, une délégation d’infirmières, puis de kinés japonais étaient venus visiter cette maison devenue pour eux exemplaire.

Le succès de la Maison Russe tient à ses nombreux atouts :

-  La maison présente bien avec sa qualité hôtelière,

-  Les résidents paraissent heureux d’y vivre,

-  Le prix à la journée de 53-54 euros place l’établissement en tête du rapport qualité-prix départemental.

Depuis deux ans, l’augmentation du prix de la journée reste infèrieure à l’inflation, autour de 1,2%. Il faut donc jongler avec l’ensemble des coûts dont certains progressent beaucoup plus vite : l’énergie par exemple. La recherche de l’équilibre s’apparente à un exercice de haute voltige dans cet établissement qui rassemble 79 résidents et 40 salariés. Le Directeur doit donc coordonner la vie d’un ensemble de 120 personnes 365 jours sur 365 jours… et autant de nuits.

 CIMG0656.JPG

CIMG0655.JPG

Restaurant et club cinéma

 

La vie des résidents

Ils sont principalement originaires de Menton ou de Roquebrune Cap Martin. Leur moyenne d’âge est de 90 ans dont plusieurs centenaires. Leur séjour tourne autour de 3 années avec un taux de renouvellement d’un quart. Une liste d’attente existe et afin qu'elle reste active, les candidats doivent renouveler leur candidature tous les deux mois.

Les résidents sont logés à deux dans 16 chambres et les autres en chambre individuelle. Nos questions portent ensuite sur les particularités de la Maison :

-  Les patients atteints de la maladie d’Alzheimer sont gérés comme les autres résidents. L’absence de séparation suit le concept canadien « d’humanitude ». Madame Poirier qui a une expérience dans ce domaine et qui a organisé des colloques et conférences pour développer cette vision est citée en exemple par le Directeur.

-  La contention n'est utilisée qu'en dernière alternative, compte tenu de ses conséquences et de l’infériorisation des personnes qui seraient placées dans cette situation. L’acceptation d’une déambulation et de ses risques (comme pour Alzheimer) est acceptée comme préférable à toute autre attitude contraignante.

-  Trois conseils de résidents par an organisent la vie interne : investissements à réaliser, tarification, horaires des repas, coiffure, animations nombreuses : cinéma, bibliothèque. Des fêtes sont organisées pour créer du lien social. Le maintien d’un fort lien familial est accompagné par la participation des familles au conseil des résidents dans la mesure où leur résidence est proche de la Maison.

- Une attention particulière est portée à la qualité des repas qualifiés « de cœur de plaisir des résidents » avec une association des mets avec des fêtes : beaujolais, farcis mentonnais, etc. 

 

Le management de la Maison

Monsieur Darré nous décrit sa vision de gestionnaire et d’animateur. Le turn-over du personnel est faible, car la crise n’épargne pas Monaco qui pouvait hier  attirer le personnel. Le recrutement est simplifié par la proximité avec l’hôpital de Menton qui forme des infirmières et des aides-soignants.

La promotion des meilleurs éléments est aussi assurée. La validation de l’expérience est citée pour deux salariés qui l’ont obtenue. Une formation promotionnelle est assurée aux salariés fidèles à l’établissement.

Chaque résident dispose d’un projet de vie personnalisé et d’un plan de soins individuel.

Le dossier de soins des résidents est informatisé ce qui permet un partage d’informations avec le personnel. Il contient le GIR moyen (grille d’autonomie), les résultats des examens de laboratoires, la pathologie, les médicaments associés à cette pathologie. Une pharmacie prépare les doses de médicaments à administrer et un bilan mensuel des prises est effectué.

 

CIMG0645.JPG

CIMG0653.JPG

 

La recherche de la qualité

Les directives de l’ANESM sont connues dans l’établissement. Elles ont fait l’objet d’une autoévaluation de la maison de retraite. Un logiciel spécifique a été importé de Dijon. Il a été construit dans un objectif d’un audit de qualité. Ses concepteurs regroupent l’ADPA (association de gestionnaires de MDR), le Conseil Général et un comité scientifique. L’audit comporte plus de 1000 questions relatives à l’environnement de la maison, au comportement du personnel, au recensement statistique et au reporting (comparaisons dans le temps). L’audit de qualité comporte un groupe de pilotage chargé d’effectuer un constat périodique des écarts et des progrès enregistrés chaque année. Il permet de cibler les points faibles et de concentrer les efforts sur de nouvelles cibles d’amélioration de la qualité. Chaque membre du personnel rappelle ses propres contraintes dans un souci de transversalité. Il en résulte la création d’un esprit d’équipe profitable à certaines mobilités internes.

Il s’agit de l’adaptation de la démarche du zéro défaut dans la vie de l’établissement.

 

CIMG0648.JPG

 

A la question posée d’une forte différence entre les pays de l’espace européen pour le taux d’encadrement du personnel, le Directeur nous répond qu’il fait le maximum avec les moyens qui lui sont accordés.

Notre interlocuteur est un jeune Directeur dynamique, qui ne semble pas éprouver de problèmes particuliers face à l’informatisation croissante de son métier, bien au contraire.

L’importance attachée au respect des personnes : personnel, résidents et familles, nous parait être le point fort dans la gestion quotidienne de cet établissement très moderne.

 

 Jean-Pierre Marmontelli (FGR) et Guy Muller (DIRPA), pour l’Intersyndicale des Retraités des Alpes Maritimes.

 

commentaires

LHORS Philippe 21/07/2013 18:11

Bonjour Mr Darré
Heureux d'avoir trouvé votre EHPAD. Dommage que vous êtes parti si vite votre passage à l'EHPAD de Vimy c'est passé trop vite.
Vous avez été un bon directeur pour nous, ce n'est plus pareil maintenant.
A bientôt peut être. Vous avez le bonjour de tout le monde.
Bonjour à Mme Darré et bonne continuation

Haut de page